L'apnée du sommeil

Le syndrome

Le Syndrome d'Apnées Obstructives du Sommeil (SAOS) est caractérisé par la survenue de pauses respiratoires d'au moins 10 secondes dues à la fermeture complète (apnée) ou partielle (hypopnée) des voies aériennes supérieures. Ces épisodes, qui se répètent jusqu'à plusieurs centaines de fois pendant le sommeil, se terminent par des micro-éveils qui altèrent considérablement la qualité du sommeil. Ces apnées et hypopnées s'accompagnent presque toujours de ronflements importants et sont à l'origine d'un stress majeur pour le système cardiovasculaire.

Le dépistage

L'échelle d'Epworth, le premier pas vers un diagnostic.

La polysomnographie, examen de référence pour diagnostiquer un syndrome d'apnées du sommeil.

Les étapes de prise en charge

Les premières mesures de prise en charge de l'apnée du sommeil sont des règles hygiéno-diététiques: limiter les repas copieux et gras le soir, éviter la consommation d'alcool et de somnifères avant d'aller au lit, essayer de perdre du poids si nécessaire, éviter de dormir sur le dos... Des conseils qui ne suffisent pas toujours. 

Le traitement

La pression positive continue (PPC), un traitement dont les contraintes sont largement compensées par les bénéfices, est indiqué en première intention chez les patients souffrant d'un Syndrome d'Apnées du Sommeil (SAS) présentant certaines caractéristiques.

Vivre avec l'apnée du sommeil

Ce qu'il faut savoir sur le syndrome d'apnées du sommeil:

  • L'âge constitue un facteur de risque du syndrome d'apnées du sommeil aux deux extrémités de la vie.
  • L'obésité est pointé du doigt.
  • Les hommes sont plus touchés que les femmes jusqu'à la ménopause.
  • Fatigue et somnolence, deux signes évocateurs qui doivent alerter.

Le syndrome

Le Syndrome d'Apnées Obstructives du Sommeil (SAOS) est caractérisé par la survenue de pauses respiratoires d'au moins 10 secondes dues à la fermeture complète (apnée) ou partielle (hypopnée) des voies aériennes supérieures. Ces épisodes, qui se répètent jusqu'à plusieurs centaines de fois pendant le sommeil, se terminent par des micro-éveils qui altèrent considérablement la qualité du sommeil. Ces apnées et hypopnées s'accompagnent presque toujours de ronflements importants et sont à l'origine d'un stress majeur pour le système cardiovasculaire.

Les Conséquences

En l'absence de prise en charge, l'apnée du sommeil retentit sur toutes les activités quotidiennes. Troubles de la concentration, baisse des performances intellectuelles, troubles de l'humeur, fatigue excessive, somnolence...traduisent un manque de sommeil réparateur et perturbent les journées des patients qui en sont victimes.

Le dépistage

L'échelle d'Epworth, le premier pas vers un diagnostic.

La polysomnographie, examen de référence pour diagnostiquer un syndrome d'apnées du sommeil.

Le traitement

La pression positive continue (PPC), un traitement dont les contraintes sont largement compensées par les bénéfices. Le traitement par PPC est indiqué en première intention chez les patients souffrant d'un Syndrome d'Apnées du Sommeil (SAS) présentant certaines caractéristiques.

Les étapes de prise en charge

Les premières mesures de prise en charge de l'apnée du sommeil sont des règles hygiéno-diététiques: limiter les repas copieux et gras le soir, éviter la consommation d'alcool et de somnifères avant d'aller au lit, essayer de perdre du poids si nécessaire, éviter de dormir sur le dos... Des conseils qui ne suffisent pas toujours. 

Vivre avec l'apnée du sommeil

Ce qu'il faut savoir sur le syndrome d'apnées du sommeil:

  • L'âge constitue un facteur de risque du syndrome d'apnées du sommeil aux deux extrémités de la vie.
  • L'obésité est pointé du doigt.
  • Les hommes sont plus touchés que les femmes jusqu'à la ménopause.
  • Fatigue et somnolence, deux signes évocateurs qui doivent alerter.

Nos Solutions

Les produits développés par SEFAM regroupent tout le savoir-faire français de haute précision de nos ingénieurs et de notre conseil scientifique afin de proposer des dispositifs médicaux pensés avec les médecins et les PSAD pour un meilleur soin des patients.